Flash sur la représentation du corps à la Renaissance.

La Renaissance et le modèle antique.

 la Renaissance : MasaccioL’intérêt pour la représentation de la figure et du corps humain s’est développée en premier lieu à Florence au mileu du 14ème siècle à l’orée de la période appelée la Renaissance. Du point de vu artistique, cette période est marquée entre autre, par un intérêt accru pour les modèles antiques . Ces modèles, sculpture, architectures,  sont rapportés par des notes et des croquis relevés sur les vestiges du monde gréco-romain qui fournissent aux peintres et aux sculpteurs un nouveau paradigme de la représentation de la nature et de l’homme, rompant avec le courant culturel ambiant dénommé  gothique international. Cette renaissance, appelé quattrocento dans sa 1ère période a vu naître des sculpteurs tels que donatello, Verrochio et des peintre tels que Masaccio, Piero della francesca, Paolo Uccello.

 

Naturalisme et vraisemblance.

La Renaissance : Masaccio, Piero della FransescaCes artistes abandonnèrent le système de représentation  du moyen âge: couleur en aplat, espace à deux dimensions, figures se détachant sur des fonds  d’or, hiératisme des attitudes,  corps traités de façon schématique, symétrie dans la disposition des personnages. Le moyen-âge a projeté des images  d’ un monde symbolique, invisible, intemporel. Au contraire, l’humanisme des artistes renaissants nous fait voir des oeuvres empreintes de naturalisme et de vraisemblance: ils creusent la profondeur dans l’espace de la peinture avec l’invention des règles de la perspectives, ils introduisent l’émotion dans la figure de leurs personnages, et les animent en  donnant au corps, du mouvement. A l’autérité grave et grandiose qui figeait les figures du moyen âge hors du temps, succèdent des personnages vivants ancrés dans une histoire. Les paysages et les architectures remplacent le fond d’or.

La renaissance passe du royaume invisible au monde humain.

du gothique international à la renaissanceCliquez pou agrandir l’image.

J’ai choisi les 3 figures ci-dessus pour vous montrer le changement qui s’est opéré sur une période d’un siècle. La figure de gauche est un détail d’une Maësta du peintre Cimabue. Elle date du 13ème siècle. Elle est imprégnée du style byzantin et de la peinture des icônes: figure hiératique, intemporelle, se détachant sur un fond d’or, les traits des visages sont plus dessinés que peints. Observez maintenant la vierge peinte par Masaccio, à droite. La figure de la vierge est celle d’une jeune femme, son visage est doucement modelé, le trait de contour a disparu, le drapé du voile est façonné par l’ombre et la lumière. Remarquez le corps de l’enfant jésus aux proportions largement vraisemblables et son geste proprement enfantin. Remarquez  les auréoles entourant la tête des 2 personnages qui  se font plus discrètes. Entre les 2,  un détail d’une nativité de Giotto, considéré par les historiens d’art comme le précurseur de la Renaissance, un trait d’union entre les 2 mouvements: le mouvement gothique et le mouvement  renaissant. Avec Giotto, les personnages s’animent et s’humanisent: remarquez la tendresse du geste de la vierge. N’est-il pas celui d’une jeune mère qui prend son enfant dans ses bras ?


 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre + seize =