Faut-il savoir dessiner pour créer des peintures abstraites

Du dessin vers l’abstraction

Savoir dessiner est-il indispensable pour réaliser des peintures abstraites ? Les artistes du début du XXe siècle créateurs de ce nouveau langage se sont-ils abstenu de tout apprentissage du dessin ? Non. La plupart passèrent par les écoles d’art, qui les dotèrent d’un enseignement classique du dessin. Ils savaient donc dessiner, même si plus tard, leur engouement allaient explorer une peinture éloignée de la figuration, une recherche dans laquelle le dessin allait perdre sa place prédominante. Néanmoins, ces peintres firent leur premières armes avec une pratique du dessin figuratif. La plupart passèrent donc par les écoles d’arts mais pas tous.

Deux grands noms de la peinture abstraite

Bram Van Velde

Bram van Velde, grand nom de la peinture abstraite reconnu tardivement, est né en 1895. Il ne suivit pas de cours au beaux arts. D’une famille très pauvre, il fut apprenti à 12 ans dans une entreprise de peinture et décoration intérieure. Plus tard vers 1914, il copie les maîtres anciens de l’âge d’or de la peinture hollandaise au musée Mauritshuis à La Haye. En Allemagne, dans les années 20, il découvre les expressionnistes allemands dont on sent l’influence dans le tableau ci-dessous à droite. Au fil du temps, cet artiste créa son propre langage, se confrontant directement à la toile sans dessin préalable et s’éloignant de toute apparence du réel : en témoigne le tableau ci-dessous, une lithographie où s’enchevêtrent formes et couleurs éclatantes.

Kandinsky

Kandinsky est considéré comme l’un des inventeurs de la peinture abstraite . Il vient d’un milieu aisé de Moscou où il naît en 1866. Sa mère l’initie au dessin et à la peinture mais jeune adulte, il ne semble pas vouloir entreprendre de carrière artistique. Il fait des études de droit. En 1895,  fasciné devant un tableau de Monet représentant une meule de foin, sa vie change de cap. Il a 29 ans. Il entre alors à l’académie des beaux arts de Munich et suit les cours de dessin et peinture auprès du peintre figuratif, F.Von Stuck et de J. Alber, futur membre du Bauhaus. L’oeuvre abstraite de Kandinsky est très connue. En revanche, ses oeuvres précoces le sont beaucoup moins. Hors ses premiers tableaux sont figuratifs, même si l’on y discerne déjà que le dessin s’efface derrière la composition de masses colorées, comme en témoigne le tableau ci-dessous. Puis Kandinsky en 1910 produit un travail purement informel où prime le geste spontané, le rythme, l’organisation des traits et des taches de couleurs. (voir tableau ci-dessous à gauche). L’art abstrait de Kandinsky est le fruit d’une recherche et d’une réflexion sur la peinture qui s’origine pour lui dans ce qu’il appelle « une nécessité intérieure ». L’artiste tourne son regard au dedans de lui-même et non plus vers la réalité qui l’entoure. C’est aussi la quête de Bram van Velde qui dit dans un documentaire de Jean Michel Meurice  » le réel ne m’intéresse pas ». »Seulement, le tableau me fait voir ».

 

peinture abstraite

Quand peinture abstraite et dessin font merveille

Picasso

L’exemple de Picasso demeure le plus démonstratif en ce qui concerne la maîtrise du dessin. A 16 ans, il savait dessiner parfaitement et peindre une académie avec virtuosité comme le démontre ce tableau exécuté sans doute durant ses études aux Beaux arts de Barcelone dans les années 1895. Il a 14 ans.  En matière de dessin et de peinture académique, il s’avère déjà être un prodige. La toile ci- dessous parle d’elle-même. En 1906, Picasso a 26 ans. Il prend conscience qu’il est arrivé au bout d’une certaine peinture plutôt académique. Après de nombreuse recherches inspirées de l’art primitif africain et de l’oeuvre de P. Gauguin, il réalise en 1907 « Les demoiselles d’Avignon ». La peinture présente des corps de femmes nues simplifiés à l’extrême, voire disloqués, sans perspective ni ombres, rompant radicalement avec le réalisme de la peinture classique. Ce tableau préfigure les futures toiles cubistes presque abstraites où la représentation classique par le dessin du monde réel va disparaître au profit du jeu pictural lui-même. Moins lyrique et spirituelle,  la démarche cubiste proposera une  façon plus intellectuelle de briser la représentation du réel, en le déconstruisant.

XXe siècle : la naissance de l’art abstrait

L’art du XX siècle rompt avec la prééminence du dessin. Les artistes majeurs qui ont ouvert la brèche de l’Art moderne, situé entre 1850 et 1950, ont donc pour la plupart d’entre eux un lien proche avec le XIX siècle. Ils sont nés dans ce siècle ou peu après. Ils ont baigné dans la culture classique de leur époque. De ce fait, ils ont acquis une pratique du dessin et de la peinture académique telle qu’elle y  était encore donnée. C’est sur cette base qu’ils s’en sont éloignée et l’ont désavouée pour explorer un monde pictural nouveau, dans lequel émergerait toute la richesse de la peinture abstraite.

 La fin de l’esprit académique

Dans les années 1850, le réalisme de Courbet ou de Manet rompt avec l’idéalisation du corps humain telle qu’elle s’imposait dans la peinture classique de l’époque. Cependant leur oeuvre représente encore le monde réel avec une pratique du dessin maîtrisé. Le mouvement impressionniste délaissera en partie le dessin pour promouvoir une approche de la réalité plus directe et plus sensitive. La couleur appliquée de façon fragmentée, est plus adaptée pour rendre la lumière vibrante, l’atmosphère ambiante, en floutant le contour des choses. La définition clairement dessinée de la réalité s’estompe. Le dessin précis n’est plus de rigueur. De surcroît, les thèmes ont changé. La peinture impressionniste ne raconte plus d’histoires religieuses ou mythologiques en en peaufinant l’exécution par une représentation soignée et parfaite. Elle exprime la sensation du peintre face au monde réel et à sa modernité. N’oublions pas qu’à cette époque, l’invention de la photographie va capter en un clic un portrait fidèle qu’il fallait mettre des mois à réaliser. Puis au début du XX siècle, la peinture se propulsera dans une autre dimension que le réel. Elle réinvente sa légitimité et sa beauté dans une quête de l’artiste nettement introspective. La peinture abstraite sera une aspiration vers une expérience sensible, la révélation d’un autre espace qui touche directement l’âme.

Savoir dessiner pour créer une oeuvre abstraite ?

Ainsi, l’Art moderne a libéré le peintre de toute nécessité de figurer le réel, donc de la nécessité d’apprendre à dessiner. Aujourd’hui, libre à quiconque de se lancer dans la peinture abstraite en faisant l’économie du dessin. Apprendre à dessiner devient un choix personnel, une passion, un intérêt en soi. Mais contrairement aux pratiques du XIXe siècle et de la première partie du XXe , on peut peindre sans savoir dessiner. Toutefois,  mais cela n’engage que moi, l’apprentissage du dessin constitue une base fondamentale pour explorer le mode d’expression à venir d’un artiste. Cela facilite son accès à plus de liberté. Autrement dit, peindre des toiles abstraites par défaut, par manque de maîtrise du dessin ne me parait pas toujours bien pertinent. Savoir dessiner, outre l’intérêt de représenter la réalité, éduque le regard, développe l’habileté du cerveau à concevoir, organiser, composer les formes, les espaces sur un support plat, toile ou feuille de papier. Et c’est pour ma  part, une formation importante à ne pas négliger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit − 11 =